top of page
Reflection_edited.jpg

Notre Équipe

Photo_TANNER.jpg

Samuel Tanner

Responsable du LarTAS, Samuel est professeur titulaire et Directeur de l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Il est également chercheur régulier au Centre International de Criminologie Comparée (CICC), ainsi qu’à l’Observatoire International sur les Impacts Sociétaux de l’IA et du Numérique (OBVIA) et chercheur au Centre d’Études et de Recherches Internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM). Ses travaux portent sur les relations entre médias (y compris numériques) et mouvements sociaux, l’activisme numérique,  et en particulier sur l’usage du numérique par la droite radicale ainsi que par les groupes contestataires (notamment contre les mesures sanitaires déployées pour lutter contre la pandémie de COVID-19), ainsi que l’extrémisme violent. Il s'Intéresse également à l'impact des technologies en sécurité.

Valentine.jpeg

Valentine Crosset

Valentine Crosset est diplômée d’un doctorat en criminologie de l’Université de Montréal. Sa thèse a porté sur la visibilité en ligne de groupes radicaux, au croisement des STS, de la sociologie du militantisme et de la sociologie de la visibilité. Durant ses études doctorales, elle  a travaillé sur différents projets touchant au numérique. Elle a notamment travaillé au sein du Centre International de Criminologie Comparée sur  un projet de recherche portant sur l’extrême droite et le numérique (2014-2019), mais aussi sur le projet « Autonomisation des acteurs judiciaires par la cyberjustice » (AJC) mis en place par le Laboratoire de cyberjustice de l’Université de Montréal (2019-2020). Enfin, elle a travaillé au sein de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle (2018-2019). Actuellement, Valentine est chercheure postdoctoral au médialab de Sciences Po depuis novembre 2020, dans le cadre de la Chaire Good in Tech. Ses recherches actuelles traitent de la modération des contenus sur les plateformes numériques, en s’intéressant plus particulièrement aux controverses et aux attentes normatives des publics concernés par les libertés numériques. En bref, ses sujets de recherche portent sur la sociologie du numérique, les algorithmes du web, le militantisme, la modération des contenus et la sociologie des sciences et des techniques.

moi - photo prof.png

David Grondin

David est professeur titulaire au sein du Département de communication à l’Université de Montréal et responsable des programmes facultaires d'études supérieures en études internationales.  Il est également chercheur régulier au Centre International de Criminologie Comparée (CICC), à l’Observatoire International sur les Impacts Sociétaux de l’IA et du Numérique (OBVIA), chercheur au Centre d’Études et de Recherches Internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) et membre du Laboratoire Culture populaire, connaissance et critique (CPCC). Son travail actuel se concentre sur les technologies de contrôle des mobilités (circulation des personnes, des capitaux, des marchandises et des données numériques) participant à la gestion des risques de sécurité dans le contexte numérique du big data, notamment en ce qui a trait aux frontières, la surveillance et la gouvernance. Ainsi, ses recherches et son enseignement en communication internationale et politique portent sur le rôle des plateformes numériques, des algorithmes, de l'intelligence artificielle et des infrastructures sociotechniques que mobilisent les formes contemporaines de la guerre, de la sécurité et du policing dans le cadre nord-américain.

Anthony.jpg

Anthony Amicelle

Anthony est Maître de conférences à Sciences Po Bordeaux et professeur associé à l’Université de Montréal. Il est rédacteur en chef de la revue bilingue Champ Pénal/Penal Field, chercheur au Centre Émile Durkheim et chercheur associé au Centre de recherches internationales (CERI, Sciences Po/CNRS), au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (Cesdip/CNR), au Centre international de criminologie comparée (CICC) et au Centre d'études et de recherches internationales (CÉRIUM). Ses travaux portent notamment sur les transformations contemporaines du policing, sur les politiques internationales contre la délinquance économique et financière et sur les technologies de contrôle des mobilités transnationales dans une perspective comparée (circulation des personnes, des capitaux, des marchandises et des données numériques).

CarlaCiccazzo_image_edited.jpg

Carla Ciccazzo

Carla est actuellement étudiante en maîtrise en Criminologie, spécialisée en Criminalistique et Information, et titulaire d'un baccalauréat en criminologie (option analyse-recherche). Ses recherches actuelles se concentrent sur l'étude de l'activité des gangs de rue sur la plateforme Instagram, avec un intérêt particulier pour les réseaux qui se forment au sein de ce média social.

Passionnée par la technologie et ses outils, Carla allie ses compétences en criminologie avec une approche innovante basée sur les nouvelles technologies pour analyser et comprendre le comportement criminel en ligne. 

0B36273B-24A1-4D8A-8312-5B9AA588195F_1_1

Laurie-Anne Beaulieu

Ayant terminé son baccalauréat à l’Université de Montréal en Criminologie et complétant présentement une maîtrise au même département, les intérêts de recherche de Laurie-Anne portent sur les médias et les technologies, les mouvements sociaux et l’extrémisme violent. Son mémoire portera sur une analyse des représentations et du rôle des femmes dans les mouvements liés à la droite radicale en Amérique du Nord sur les médias sociaux. Elle travaille présentement comme assistante de recherche.

PhotoLinkManon.jpeg

Manon Aigoin

Membre chercheur étudiante de l'Observatoire international sur les impacts sociétaux de l'IA et du numérique (OBVIA) & coordonnatrice pour le LarTAS & étudiante au doctorat en criminologie à l’Université de Montréal, Manon s'intéresse à l'impact de l'intelligence artificielle lorsqu'elle est employée comme un outil prédictif par les acteurs du contrôle social. En explorant le délicat équilibre entre les promesses transformatrices et les précautions nécessaires, ses recherches visent à anticiper les avantages et les risques potentiels d'une telle technologie pour contribuer à l'amélioration de son efficacité et application éthique.

Depuis octobre 2022, Manon est aussi coordonnatrice pour un projet de recherche longitudinal, à méthodes mixtes, portant sur la polarisation sociale.

 

Passionnée par la recherche sur des terrains dits complexes, mais plus spécifiquement par l'élaboration de méthodologies adaptées, le mantra qui l'accompagne dans ses travaux est “you don’t do fieldwork, fieldwork does you” (Jacobs, 2011).

IMG_6225.JPG

Francesco Carlo Campisi

Étudiant au doctorat en Criminologie à l’Université de Montréal, Francesco travaille sous la supervision de Francis Fortin sur le collectif hacktiviste Anonymous afin de mieux comprendre leurs modes de fonctionnement en ligne, la manière dont ils lancent des campagnes de piratage ainsi que leur capacité à solliciter une plus grande participation des utilisateurs des médias sociaux. Plus largement, Francesco a toujours eu un intérêt pour l'étude des groupes déviants et leur capacité à recruter des membres potentiels. Avec le rôle omniprésent des médias sociaux dans la vie quotidienne des individus, ses intérêts se sont élargis pour inclure les groupes déviants en ligne (à la fois de nature criminelle et non criminelle) ainsi que le processus d'interaction entre les groupes déviants et leurs recrues potentielles.

François.jpg

François Gillardin

Après un bachelier en assistant social et un master en criminologie à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (UCL), François est maintenant étudiant en criminologie à l’Université de Montréal. Il est sous la supervision de Samuel Tanner et ses intérêts de recherche vont se porter sur les mouvements extrémistes en ligne (djihadisme et extrême droite) afin de tenter de mieux comprendre les mécanismes favorisant la mobilisation d’individus dans ces groupes.

traian_edited.jpg

Traian Toma

Traian Toma est un doctorant en criminologie à l’Université de Montréal en plus d’un réserviste au sein des Forces armées canadiennes. Ses intérêts de recherche à la maîtrise se sont notamment rapportés sur les enjeux de cybersécurité et de cybercriminalité, mais Traian porte plus récemment attention aux questions d’extrémisme et de radicalisation. Utilisant une perspective des masculinités, ses travaux actuels plongent dans le monde des groupes masculinistes et antiféministes, incluant les communautés Incel. Sa thèse de doctorat vise à expliquer le rôle de l’hypermasculinité dans l’adhésion par d’anciens militaires à des groupes extrémistes.  

photo profil.jpg

Khaoula El Khalil

Étudiante à la maîtrise en Science politique sous la direction de Frédérick Bastien et Samuel Tanner à l’Université de Montréal, les intérêts de recherche de Khaoula portent sur la radicalisation en ligne et l’extrémisme de droite. Plus particulièrement, elle s’interroge sur le rôle des médias sociaux et des algorithmes de recommandation dans le processus de la radicalisation menant à la violence.

Pauline VENDEVILLE.jpg

Pauline Vendeville

Pauline est étudiante en maitrise de criminologie option mémoire à l’université de Montréal. Précédemment, elle a obtenu un baccalauréat en science politique à l’université de Lille. Sous la direction de Samuel Tanner, elle s’intéresse à l’extrême droite en France. Elle étudie le processus de radicalisation, elle mènera des entretiens auprès de personnes radicalisées. De plus, elle souhaite développer la place que les réseaux sociaux ont dans ce processus d’engagement radical. Pauline occupe actuellement un poste d’auxiliaire d’enseignement pour le cours d’introduction aux méthodes quantitatives au côté de Marc Ouimet.

ViolettePrignacMerle_PhotoBio.jpg

Violette Prignac Merle
 

Violette est diplômée en criminologie (option intervention) depuis 2022 et poursuit actuellement ses études en maitrise en criminologie, sous la supervision de Jo-Anne Wemmers. Son mémoire se concentre sur un sujet crucial à notre époque, à savoir la réparation des victimes de crimes environnementaux, en lien avec le réchauffement climatique et ses répercussions. Sa recherche adopte une perspective victimologique pour examiner les conséquences à long terme de la victimisation initiale sur les individus, identifier les facteurs de risque pour de nouvelles victimisations, et promouvoir la justice sociale et environnementale. L'objectif central de sa recherche est d'améliorer la compréhension des besoins des victimes tout en contribuant aux enjeux de sécurité et à la réduction des violences environnementales. En plus de ses activités de recherche, Violette occupe également un poste d'auxiliaire d’enseignement pour le cours de victimologie de Jo-Anne Wemmers et travaille en tant qu'auxiliaire de recherche pour le Centre de justice pour les victimes d'actes criminels (CJVAC).

Photo bio.HEIC

Yasmine Gahlouz
 

Étudiante à la maîtrise en Criminologie à l’option Sécurité intérieure, Yasmine a auparavant complété un baccalauréat en Sécurité et études policières. Ses intérêts portent principalement sur la cybercriminalité ainsi que sur l’impact des technologies en sécurité. Dans le cadre de son projet de recherche, Yasmine va s’intéresser à la traite humaine à des fins d’exploitation sexuelle. Plus précisément, elle se concentrera sur la  description des tendances des services sexuels et de l’exploitation sexuelle en ligne afin d’en estimer la relation avec la tenue de grands évènements sportifs.  

bottom of page